Bruno Dumontet

L'association Expéditions MED a été créée en 2009. Alors qu'une huitième expédition scientifique dédiée à la recherche sur la pollution des mers est actuellement en cours, interview de son fondateur, Bruno Dumontet.

 

Vous êtes l'un des pionniers français de la lutte contre la pollution des océans. Comment la situation a-t-elle évolué ?

Expédition MEDJe milite effectivement sur ce sujet depuis 2009. À l'époque, très peu de monde était informé et la problématique ne mobilisait pas. Expéditions MED a été l'une des premières associations à travailler sur la thématique des microplastiques en mer et, avec François Galgani et le concours de l'Ifremer, à les quantifier. Grâce à des prélèvements, nous avons ainsi estimé qu'il y avait 250 milliards de plastiques flottants en Méditerranée. Nous avons alors révélé cette pollution invisible et alerté les médias, les politiques et les industriels. Depuis, il y a eu une vraie prise de conscience et cette problématique est aujourd'hui devenue un enjeu de société. Nos travaux ont été repris par de grands programmes de recherche nationaux comme internationaux et le sujet est mieux pris en compte dans les grandes orientations politiques.

 

Expéditions MED a lancé plusieurs expéditions scientifiques depuis 2009. Il s'agit de votre spécificité ?

La particularité de notre structure est en effet une approche scientifique et des études terrain qui crédibilisent notre discours. L'association travaille en collaboration avec les laboratoires et est complètement associée aux publications ; nous ne nous contentons pas de réaliser des prélèvements. Notre action ne se limite cependant pas aux expéditions : nous menons différentes études scientifiques, mettons en place des projets de sensibilisation et travaillons avec des industriels pour rechercher des solutions. Nous avons aussi créé un "laboratoire citoyen", qui permet à des représentants de la société civile d'embarquer avec nous et de participer aux projets.

 

Quel regard portez-vous sur la progression des connaissances concernant la pollution des mers ?

Ces dernières années ont émergé de nombreuses publications scientifiques, dont plusieurs auxquelles Expéditions MED a participé. Plus on travaille sur cette pollution, et plus on découvre sa complexité car il y a de nombreux champs à explorer : les effets des polluants organiques persistants, les conséquences de l'ingestion par les organismes marins (aussi bien le plancton que les petits et grands poissons), l'impact sur l'environnement et la chaîne alimentaire, ou encore sur l'économie de la mer, de la pêche au tourisme. Nous découvrons également des problématiques que nous ne soupçonnions même pas. Dans la "plastisphère" qui a gagné toutes les mers du globe, nous avons par exemple constaté la prolifération de bactéries qui se plaisent beaucoup sur les plastiques. Cela pose la question d'un potentiel effet pathogène pour l'environnement marin, et par ricochet pour les humains. Il est possible que nous n'ayons encore découvert que le sommet de l'iceberg. Nous n'avons pas réalisé un seul prélèvement dans lequel il n'y avait aucun plastique et, au regard des quantités, c'est une bombe à retardement écologique.

 

Quelles sont les solutions à privilégier selon vous ?

Il manque d'abord un outil de sensibilisation du grand public. Même des maires de villes à l'intérieur des terres pensent qu'ils ne sont pas concernés, alors que les déchets arrivent de tous les bassins versants, comme le démontre une étude récente que nous avons réalisée sur l'origine des déchets retrouvés sur les plages. Il y a eu une véritable prise de conscience, mais il reste beaucoup de travail. Pour régler le problème lui-même, toutes les solutions de nettoyage des océans que l'on voit émerger actuellement et qui font le buzz sont utopiques selon moi : cela équivaudrait à remplir un tonneau percé ! Il faut agir à la source, car il est déjà trop tard lorsque les déchets se retrouvent dans la mer. Avec le groupe Suez, nous travaillons par exemple sur la problématique des fibres de vêtements qui sont rejetées dans l'eau par les machines à laver : l'objectif est de parvenir à ce qu'ils puissent être filtrés dans les stations d'épuration. Enfin, au niveau politique, il faut des directives cadres. Les déchets ne connaissant pas les frontières, il serait plus pertinent qu'elles soient posées à l'échelon européen et prolongées par des partenariats avec les pays limitrophes : en Méditerranée, il faudrait ainsi harmoniser les politiques au nord et au sud. Et, bien entendu, il faudra que les populations sur le terrain soient les premiers acteurs de ces changements.

 

En savoir plus : www.expeditionmed.eu

 

 

Rencontre avec des grands témoins : Préserver la mer de nos déchets

Bruno Dumontet représentera Expéditions MED lors des prochaines Assises des déchets pour une rencontre consacrée à la pollution des mers qui se tiendra le jeudi 28 septembre à 14h30.

En savoir plus

Assises Nationales des Déchets

5 rue Françoise Giroud - CS 16326

44263 NANTES CEDEX 2 - FRANCE

contact@assises-dechets.org

Tél. : 33 (0)2 72 74 79 24

J - 72
Le compte à rebours a commencé : les 15e Assises des déchets se dérouleront les 2 et 3 octobre 2019.

 

L'affiche des 15e Assises des déchets

 

 

Actu’Assises

S'abonner

Genre
* Champs obligatoires

 

 EXPOSANTS

RÉSERVEZ UN STAND

Haut de page

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. Pour en savoir plus, voir nos mentions légales.

  Pour accepter, cliquez sur OK